Поиск по этому блогу

четверг, 19 марта 2015 г.

Actualites // III annee// Attaque du Bardo : messieurs les chefs d’États, il faut aller manifester à Tunis !

Attaque du Bardo : messieurs les chefs d’États, il faut aller manifester à Tunis !

C’est la démocratie que les terroristes ont attaqué à Tunis. L’attentat du musée du Bardo a un objectif : étouffer dans l’œuf la seule démocratie du monde arabe. Comme à Paris le 11 janvier, les chefs d’États et les ministres des affaires étrangères des pays libres doivent aller marcher à Tunis sur l’avenue Bourguiba derrière la banderole  "nous sommes le Bardo".

Le pire n’est jamais atteint. Le pire pour les Tunisiens serait que d’autres attentats frappent encore leur pays. Mais le pire encore serait qu’eux et le monde arabe aient le sentiment qu’un attentat contre une démocratie arabe vaut moins qu’un attentat contre une démocratie européenne. À Paris, le 11 janvier, la plupart des chefs d’État venus dire non au terrorisme étaient occidentaux, dans une grande capitale occidentale. Le geste était noble, mais l’image pouvait être trompeuse. Malgré la présence de quelques ministres arabes, ceux qui continuent de croire que le monde est en train de plonger dans un choc de civilisation pouvaient continuer de croire qu’ils avaient raison. L’occident chrétien était bien attaqué par un mal venu de la terre d’islam. Et à Paris, les leaders de cet occident faisaient bloc. Aujourd’hui, c’est Tunis qui est frappé. "Comme Charlie Hebdo et l’hyper cacher" disaient hier certains Tunisiens. Et c’est à nous d’aller vers eux. Aller manifester à Tunis au nom de "nous sommes tous le Bardo" tordrait le coup à cette perception dangereuse d’un monde clivé.
Cette marche enverrait un message fantastique au monde arabe : "Nous partageons le même destin parce que nous sommes tous des démocrates. Démocrates de pays, de culture chrétienne, musulmane, juive, peu importe. Ce que les terroristes islamistes ne supportent pas ce n’est pas notre religion, c’est notre démocratie. Et c’est ensemble, comme démocrates, qu’il faut faire bloc". Nous Français, nous Européennes, sommes liés à ce pourtour méditerranéen. Plus que nous ne voulons le voir. Liban, Syrie, Irak, Egypte, Libye Tunisie, Algérie, Maroc. Bien au-delà des périodes coloniales, l’histoire qui nous lie remonte à plus loin, jusqu’aux Romains. Notre culture commune. "C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar. Les soldats qu'il avait commandés en Sicile se donnaient un grand festin pour célébrer le jour anniversaire de la bataille d'Eryx, et comme le maître était absent et qu'ils se trouvaient nombreux, ils mangeaient et ils buvaient en pleine liberté". C’est Salammbô, c’est Flaubert, c’est leur histoire, c’est la nôtre. C’est notre passé, notre destin. Mare nostrum.

Комментариев нет:

Отправить комментарий